Sub-Sport

Biel/Bienne - Neuchâtel

Biel/Bienne : route de Boujean 134a, 2500 Bienne, Suisse – (club/station de gonflage)

Neuchâtel : r. des usines 22, 2003 Neuchâtel, Suisse – tél.032 740 17 61

 

Sub-Sport sur Facebook
Sub-Sport sur Twitter
 
Plongée sout
Forum plongée technique

 

 

Vitesse de remont? & deep stop en plong? loisir

 

Pr?equis

Connaissance de base de la d?ompression.

 

 

Les micro-bulles quoi ? Comment ?

On entend toujours plus parler des micro-bulles et des deep stops, que ce soit dans les revues sp?ialis?s, sur les forums de plong?, ou par les fabricants d'ordinateur de plong? ventant leur dernier algorithme avec gestion des micro-bulles et deep stops.

Mais qu'est-ce exactement ? Quelle application pour le plongeur loisir ?

 

 

Micro-bulles th?rie

Pendant longtemps on consid?ait que seul une d?ompression sans formation de bulles permettaient d'?iter l'accident de d?ompression. Dans les ann?s 70 gr?e ?'utilisation des instruments Doppler (genre de radar permettant de d?ecter des bulles dans la circulation sanguine), on d?ouvrit que la plupart des plong?s, m?e celles dans la courbe de s?urit鬠provoquaient la formation de petites bulles circulantes.

Ces bulles circulantes, qu'on appellera aussi bulles asymptomatique, car elles ne provoquent pas de sympt?es ou bulles silencieuses*, ces bulles donc en quantit?aisonnable ne provoqueront pas d'accident de d?ompression, elles seront ?imin? au niveau des poumons par la respiration. En effet la pression sanguine ?ant plus petite au niveau veineux, qu'au niveau art?ielle, on aurait donc une diff?ence de pression par rapport au milieu ambiant plus grande dans les veines, c'est donc dans les veines avant tout qu'on retrouvera ces bulles, heureusement car le sang veineux retournant dans les poumons les bulles y seront "filtr?s". 

 

*Bulles silencieuses, encore plus petites ne pouvant ?re d?ect? au Doppler, elles ne provoquent pas de bruit sur cet appareil. 

 

Formation micro bulle plong?

 

Ces bulles pr?entes dans la circulation sanguine auront diff?ents effets:

  • En fonction de la quantit頍 elles perturberont la circulation sanguine au niveau des poumons, ce qui diminuera l'?imination de l'azote.

  • En cas de plong?s Yo-Yo ou successives rapproch?s, leur taille diminuant pendant la descente, elles pourront passer ?ravers le filtre pulmonaire, se trouvant du cot頍 art?iel elles deviendront potentiellement dangereuses.

  • Pour les personnes  souffrant d'un foramen ovale perm?ble (env. 15-30% de la population selon les ?udes), les bulles pourront passer du cot?auche au cot?roit du c?ur et se retrouver dans la circulation art?ielle.

  • De toute fa?n elles se rajouteront ?'?entuelles bulles produites par un d?ut d'accident de d?o.

Les premi?es tables ?enir compte si l'on peut dire de la formation de ces bulles furent les tables B?lmann qui en proposant d?? l'?oque (1976) une vitesse de remont? lente de 10m/min, diminuaient la formation des ces bulles ?a remont?. Puis Scubapro sortie les ordinateurs DC11 et DC12 avec un algorithme B?lmann modifi?ar Dr.Hahn, ils consid?aient une formation excessive de bulles ?haque plong?, r?ultat ils avaient la r?utation de donner des paliers m?e sous la douche. Puis Uwatec sortie son algorithme ZHL-8 ADT ( B?lmann + ADT) ADT pour "adaptif" c'est ?ire qui s'adaptent aux conditions sp?iales de plong?: Yo-Yo, plong? profonde, effort, successives multiples, froid, remont? trop rapide..., le principe est, quant cas de facteur ?isque le calcul de d?aturation sera modifi鮍 Par exemple une remont? trop rapide entra?e une formation suppl?entaire de bulles circulantes, les ?hanges gazeux au niveau pulmonaire ?end perturb?, l'ordinateur diminuera la vitesse de d?aturation du sang, ce qui rallongera les paliers.

L'?ape suivante fut l'utilisation d'algorithme type VPM ou RGBM (mod?e faible gradient de bulles de Suunto par exemple).

Le principe des algorithme type RGBM, c'est que les calcules ne se font plus sur l'azote dissous dans les tissus (phase dissoute) mais sur le nombre et la croissance des bulles (phase gazeuse). Un mod?e Full RGBM et un mod?e qui calcul uniquement la phase gazeuse, ce qui est peut utilis鬍 g??alement les ordinateurs standards dit RGBM (Mares et Suunto), VPM (VR3) ou MB (Uwatec) effectue un calcul mixte phase gazeuse, phase dissoute, et souvent la phase classique (dissoute) type B?lmann sera pr?ond?ante.

Le principe th?rique de base du RGBM est qu'en effectuant des paliers plus profond que dans les algorithmes standards, on diminue la formation des micro-bulles et on aura une meilleure d?ompression, on pourrait donc diminuer les paliers peut profond. Les fabricants d'ordinateur aimant innover sans prendre de risque, on aurait des paliers profonds en plus mais sans diminuer les paliers moins profonds.

Une autre possibilit?our diminuer les micro-bulles est simplement de faire des paliers profonds en plus sans calcul sp?ifique, par exemple un arr? de 2min. ?i-profondeur, pendant cette arr? on aura une augmentation de la saturation de certain tissus ce qui rallongera probablement le palier de 3m par contre une partie des micro-bulles naissantes seront ?imin?, c'est ce qu'on appelle des deep stops, certain ordinateur int?re cette option comme les Suunto DS (DS pour deep stop), le VR3 ou les Mares RGBM.

La m?hode la plus connus et la m?hode Pyle (du nom de son inventeur), on calcul la distante ?arcourir jusqu'au prochain palier de d?o et on effectue un arr? de 2min ?i distance puis on recommence le calcul, on r??e l'op?ation tant qu'il y a plus de 10m de distance, apr? on effectue les paliers normaux, attention avec un ordinateur pas de probl?e, par contre avec une table il faudra rajouter le temps des deeps stop au temps de fond. Exemples: profondeur 45m, premier palier à ¹m, premier deep stop 27m, deuxi?e deep stop 18m, puis palier à ¹m.

 

Et en plong? loisir ?

Le DAN a men?ne exp?ience int?essante, ils ont compar? diff?entes m?hodes de remont? et mesur?u Dopler le nombre de bulles circulantes apr? la plong?, les conclusions ?ait qu'une remont? plus lente que 10m/min n'apportait aucun avantage en terme de nombre de bulles, par contre des remont?s plus rapide produisaient plus de bulles donc la vitesse optimale serait autour des 10m/min. Si le plongeur effectuait un arr? ?i-profondeur (15m dans cette exp?ience) le nombre de bulles diminuait encore, et surtout il y avait moins de bulles apr? une remont? à ±0m/min avec un arr? ?i-profondeur qu'apr? une remont? plus lente à ³m/min sans arr?, donc c'est bien le fait d'avoir effectu?n deep stop qui avait diminu?e nombre de bulles et nom pas la vitesse moyenne plus petite que 10m/min.

Le plongeur loisir peut aussi profiter de ces nouvelles techniques pour augmenter la s?urit?e ses plong?s, d'abord en essayant de remont? ?nviron 10m/min quelque soit la profondeur, et ensuite en rajoutant un palier de 2 ou 3 min ?i profondeur, ou alors en utilisant des ordinateurs avec la fonction deep stop.

 

Daniel Germanier, Instructeur Trainer